Service d'Information du Gouvernement
Service d'Information du Gouvernement du Burkina Faso
armoiri
Aller au contenu principal

Conférence régionale du gouvernement : les filles et fils de la région du Centre-Sud échangent avec les membres du gouvernement.


reportage actualité gouvernement

Une délégation gouvernementale a animé une conférence régionale le vendredi 02 juillet 2021 à Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud. Organisée par le Service d’information du gouvernement, cette conférence régionale avait pour objectif de permettre aux filles et fils de la région du Centre-Sud d’échanger avec l’exécutif sur les réalisations effectuées dans ladite région et aussi, sur les préoccupations des populations.



La gestion vertueuse du pouvoir d’Etat impose aux dirigeants un devoir de redevabilité aux gouvernés. Dans ce besoin de se rapprocher de la population pour expliquer les actions du gouvernement et surtout, prendre connaissance des préoccupations des populations, une délégation gouvernementale a effectué le déplacement de Manga dans la région du Centre-Sud, le vendredi 02 juillet 2021. Cette délégation était composée du ministre d’Etat, ministre auprès du Président du Faso, chargé de la Réconciliation nationale et de la cohésion sociale, monsieur Zéphirin DIABRE, du ministre des ressources animales et halieutique, monsieur Modeste YERBANGA, de la ministre  de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux, madame Victoria OUEDRAOGO/KIBORA, du ministre de l’Eau et de l’assainissement, monsieur Ousmane NACRO et du Secrétaire général du gouvernement, monsieur Stéphane SANOU, représentant le ministre porte-parole du gouvernement. Etaient également présents à cette conférence, madame le gouverneur de la région ainsi que les forces vives.

A l’entame de cette conférence régionale, le maire de la commune de Manga, monsieur Jérôme ROUAMBA a, au nom de son conseil municipal et au nom de la population de Manga, souhaité un bon séjour à ses invités. Il a traduit sa gratitude à l’endroit de la délégation gouvernementale qui a effectué le déplacement dans la commune Manga pour échanger avec les forces vives de cette région. Pour lui, ce cadre d’échange permet de maintenir un climat de confiance entre gouvernants et gouvernés.

Au cours de son allocution, le ministre chargé de la Réconciliation nationale, monsieur Zéphirin DIABRE, modérateur de la cérémonie, a décliné les missions qui lui sont assignées. Il s’agira pour lui, dans une démarche suivant le principe de vérité-justice-réconciliation, d’amener les Burkinabè à une réconciliation nationale. Selon lui, les besoins de réconciliation peuvent se regrouper en 6 catégories :

- la réconciliation socio politique, qui découle des soubresauts politiques ;

- la réconciliation socio communautaire, qui fait référence aux différents problèmes communautaires que vit le pays ;

- la réconciliation sécuritaire, née de l’irruption du terrorisme dans notre pays ;

- la réconciliation économique et financière qui comme son nom l’indique, trouve sa source dans les problèmes de gestion économique et financière que le pays a connus ;

- la réconciliation administrative, dont le besoin s’est engendré par les décisions à caractère administratifs pris par l’Etat ;

- la Réconciliation civique, qui évoque l’ensemble des reproches que font les citoyens à la gestion du pays.

Le ministre d’Etat a fait savoir aux participants que la démarche consiste à l’organisation de concertations communales sur le territoire national et enfin, l’organisation du forum national avant la fin de l’année 2021.

Prenant la parole au nom du ministre chargé de la Communication, le Secrétaire général du gouvernement, monsieur Stéphane SANOU a présenté au public présent à la conférence, les acquis dudit ministère et les perspectives pour la région du Centre-Sud. En effet, le ministère a permis entre autres, « la couverture de la région par la TNT avec 17 chaînes, l’octroi de la subvention du Fonds d’appui à la presse privée à 06 entreprises en 2020, la mise en place de la direction régionale de la communication, la couverture médiatique, la réalisation d’émissions radio et télévisuelles et la distribution des journaux par les Editions Sidwaya », a énuméré le Secrétaire général du gouvernement.

En termes de perspectives pour le ministère en charge de la Communication, monsieur Stéphane SANOU a cité le renforcement de la présence du ministère dans la région, l’accompagnement des collectivités territoriales et des gouvernorats dans leur communication, la formation des agents communautaires de base et des journalistes, la maintenance des équipements, la transformation du bureau régional des Editions Sidwaya en direction régionale.

Cette rencontre d’échange a servi de tribune à madame Victoria OUEDRAOGO/KIBORA, ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux pour égrener les actions du gouvernement en matière de justice et de droit humains pour le Centre-Sud. Elle a dans son allocution, rassuré la population de Manga que le Palais de justice sera reconstruit très prochainement. Dans son intervention, madame OUEDRAOGO a présenté le fonctionnement de son département. Elle a indiqué que son département ministériel se compose de 02 volets. L’un s’occupe des questions judiciaires avec pour mission principale de trancher les litiges. L’autre concerne le civique qui est chargé de promouvoir et garantir les droits civiques. Pour elle, son département est représenté dans la région du Centre-Sud par le Tribunal de Grande Instance de Manga, la Maison d’arrêt et de correction de Manga et la direction régionale des droits humains et de la promotion des droits civiques. Elle a affirmé que le Tribunal de grande instance de PÔ est fin prêt pour fonctionner dans les jours à venir en attendant la fin de la construction de la maison d’arrêt et de correction de Pô dont l’état d’avancement des travaux est estimé à 80%.

En termes d’amélioration du traitement des affaires judiciaires, madame la ministre a expliqué que « sur la base de l’annuaire statistique 2020 en cours de validation, la juridiction de Manga a enregistré au cours de l’année, 362 affaires nouvelles civiles et commerciales. Elle a rendu 348 décisions soit un taux de 96% avec un taux de rédaction des décisions de 97,4% ». Avant d’ajouter qu’en plus du jugement des affaires, « en 2020, le Tribunal de grande instance de Manga a délivré, 4 779 bulletins de casiers judiciaires, 4 996 certificats de nationalité contre une moyenne de 5 500 au niveau national et 148 inscriptions au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM) contre une moyenne au niveau national de 159 ».

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, monsieur Modeste YERBANGA, s’est également prêté à l’exercice du jour. Dans son bilan de réalisations dans la région du Centre-Sud, monsieur le ministre a souligné qu’entre 2016 et 2020, ce sont annuellement plus de 500 tonnes d’aliments pour bétail et 15 tonnes de semences fourragères qui sont subventionnés et mises à la disposition des acteurs de l’élevage.  Selon lui, le gouvernement à travers son département a réalisé « 23 forages pastoraux, 8 parcs de vaccinations, 6 boulis pastoraux, 213 biodigesteurs, d’une station aquacole et de 02 postes de vétérinaires à Dakola et à Ipélcé. » Il également mentionné la formation de plus de 500 acteurs sur la production et la transformation des produits pour l’élevage et l’octroi de crédits à 216 acteurs dont 48 femmes et 107 jeunes à hauteur de 210 306 000 de francs CFA.  « En termes de perspectives pour l’année 2021-2025, le ministre dit la réalisation très prochaine de 20 forages, 21 parcs de vaccination, 20 biodigesteurs, 11 complexes parcs de vaccination mixtes et une construction de miellerie », a-t-il ajouté. La vision du ministère des Ressources animales et halieutiques à l’horizon 2025 est de « faire de l’élevage et de la pêche des sous-secteurs compétitifs et respectueux de l’environnement autour desquels s’organisent de véritables chaînes de valeurs portées par des filières professionnelles, et des acteurs privés dynamiques, tournées vers le marché et qui contribuent davantage aussi bien à la sécurité alimentaire qu’à l’amélioration du niveau de bien-être des Burkinabè », a conclu le ministre Modeste YERBANGA.

A la suite de toutes ces allocutions, les représentants des maires, des personnes âgées, de la jeunesse, des organisations de la société civile, des coutumiers et religieux, des éleveurs et agriculteurs et des commerçants ont tous pris la parole pour non seulement apprécier les actions du gouvernement et aussi poser des doléances au gouvernement. La délégation gouvernementale a rassuré la population de la région du Centre-Sud que le gouvernement travaillera afin que toutes les préoccupations soient résolues.   

Service d'information du gouvernement

Haut de page


Partager sur :